NEWSROOM

Impact d’un éventuel rapatriement des captives sur le marché français de l’assurance

La Tribune de l'Assurance


« Face au marché haussier, les captives permettent de maintenir des couvertures à des prix abordables »


Fabien Graeff, Partner Corporate Risk Services, Optimind, actuaire certifié membre de l’Institut des actuaires et membre de l’Amrae, analyse l’impact d’un éventuel rapatriement des captives sur le marché français de l’assurance. Pourquoi l'implantation des captives en France reste-t-elle limitée ? Avec la Grande-Bretagne, la France est le principal marché utilisant ce type de véhicules en Europe. Les entreprises françaises comptent environ 250 à 300 captives situées principalement au Luxembourg. Environ 80 % des entreprises du CAC 40 détiennent au moins une captive. Leur utilisation et la bonne mise en œuvre de leur gouvernance sont de plus en plus contrôlées. Le problème est que l’utilisation et la mécanique sous-jacente des captives sont souvent mal comprises ou interprétées. Or, cela est indispensable pour promouvoir un domicile juridique et fiscal sereinement. Les captives n’ont pas, par exemple, de capacité de mutualisation comme les assureurs peuvent l’avoir sur un portefeuille d’assurés diversifiés. ./..

Découvrir l'interview sur le site de la Tribune de l'assurance

Posts récents

Voir tout

L'heure des captives

Risques d'entreprise Les derniers renouvellements des programmes d’assurance ont été difficiles pour la plupart des entreprises. Le retournement du marché de l’assurance en « hard market », souvent an

Olivier Claessens, nouveau dirigeant d’Esofac

La société d’actuariat-conseil, rachetée par Optimind en janvier dernier, a revu sa gouvernance. Esofac, société d’actuariat-conseil basée au Luxembourg, a remanié son organisation. Olivier Claessens

  • Noir LinkedIn Icône

©Optimind - Crédit Photos Shutterstock : Shutterstock.com - Creation by OptiComRH - Créé avec Wix.com